fbpx

Les Cris de Beaver Lake sont de retour devant les tribunaux le 4 juin, face au Canada et à l’Alberta pour défendre leurs droits issus de traités dans le procès historique des sables bitumineux.

Grâce à une généreuse donatrice, à partir du 5 mai chaque dollar que vous contribuez au procès des sables bitumineux sera DOUBLÉ.

Soutenus par un vaste mouvement de solidarité qui a joint l’acte à la parole, les Cris de Beaver Lake sont sur une lancée victorieuse devant les tribunaux. Ayant prouvé que le procès des sables bitumineux est dans l’intérêt public, la cour a ordonné en octobre dernier que le Canada et l’Alberta versent 600 000 $ par an pour défrayer les coûts juridiques des Cris de Beaver Lake. La provision pour frais était allouée de façon à ce que chaque partie supporte un tiers des coûts juridiques.

Scandaleusement, le gouvernement a fait appel de cette provision pour frais, et maintenant, au milieu d’une pandémie, les Cris de Beaver Lake sont obligés de puiser dans les coffres afin de prouver qu’ils ont effectivement le droit de recevoir la provision pour frais.

L’audience aura lieu le 4 juin: si vous êtes en mesure de défendre les droits issus de traités de la Nation crie de Beaver Lake, c’est le moment. Engagez-vous pour la justice et prêtez main forte aux autochtones dans ce combat à la David et Goliath.

“Alors que la Nation se tourne vers nos partenaires du Traité pour une définition claire de la réconciliation et de ce que ces efforts signifient dans l’esprit de notre relation avec le Traité, je suis découragée à nouveau de voir ces tactiques utilisées contre ma Nation dans notre quête de la justice et le respect de nos droits inhérents et issus de traités. » – Chef Germaine Anderson

 

Les Premières Nations sont habituées à ce que les fonctionnaires prônent les droits des autochtones en public, tout en contester les procès intentés par les peuples autochtones devant les tribunaux. Souvent, les gouvernements font valoir des arguments discrédités (par example, déniant l’existence du titre autochtone) en espérant que coûts montants forceront les autochtones à abandonner le procès. Mais dans cet appel, le Canada et l’Alberta sont descendus plus bas que jamais. Ils ont affirmé que, parce que les Cris de Beaver Lake ont récemment payé pour les réparations du camion-citerne communautaire – la seule source d’eau potable pour de nombreux membres de Beaver Lake – la Nation peut donc facilement fournir 2-3 millions de dollars supplémentaires pour le procès des sables bitumineux.

 Quels sont les enjeux du procès des sables bitumineux?

Les Cris de Beaver Lake ont conclu le traité no 6 en 1876. Ce traité est un accord vivant entre les Premières nations et la Couronne, et il est confirmé par l’article 35 de la Loi constitutionnelle de 1982. Le traité affirme le droit inhérent des premières nations à chasser, piéger, pêcher et cueillir «aussi longtemps que le soleil brille, que les rivières coulent et que les herbes poussent»

Pourtant, malgré ces engagements nobles, le Canada continue de transformer des terres visées par les traités en zones sacrifiées. Dans certaines régions, les terres, les eaux et les ressources des Cris de Beaver Lake  sont devenus inaccessibles and inutilisables pour l’exercice de leurs droits en vertu du Traité n° 6.

La Cour Suprême du Canada a dit que, quoique la Couronne ait le droit de prendre des décisions concernant l’aménagement du territoire, il est possible qu’un jour des droits issus des traités soient rendus vides de sens parce que la couronne aura autorisé trop d’autres usages incompatibles. La nation Cris est résolue à arrêter la destruction avant d’atteindre ce point de non-retour. Le but ultime du Procès aux Sables Bitumineux est de donner la priorité au développement durable, à la protection de l’environnement et à assurer une planète vivable pour toutes les générations futures, y compris les êtres aériens, terrestres et aquatiques.

L’impact de l’industrie des sables bitumineux – l’un des plus grands pollueurs mondiaux et un contributeur important à la crise climatique – a été particulièrement grave pour les Cris de Beaver, une petite communauté située à trois heures au nord d’Edmonton. Plus de 90% des terres ancestrales du peuple Cri de Beaver Lake a été ravagé et pollué par un grand nombre de chantiers de sables bitumineux sur-place. Des puits d’huile et de gaz et l’infrastructure connexe ont délogé les orignaux et les wapitis. Les effluents des sables bitumineux ont pollué l’eau. Les caribous seront poussés vers une extinction certaine d’ici à 10 ans.

Dans leur quête pour faire respecter ses droits issus de traités, les Cris de Beaver Lake ont fait de nombreux sacrifices et puisé dans des ressources limitées au détriment des besoins vitaux de la communauté. Pourquoi? Parce qu’ils croient que les tribunaux leur rendront justice et feront observer le traité No. 6 qui garantit des droits autochtones à perpétuité – “aussi longtemps que coule la rivière, l’herbe pousse et le soleil se lève“.

Il n’est pas juste que les peuples autochtones soient désavantagés de cette façon. Les Cris de Beaver Lake doivent amasser 120 000 $ pour assurer qu’ils disposent des fonds suffisants pour monter cette poursuite en justice qui fera jurisprudence. Une victoire juridique pour les Cris de Beaver Lake signifie un avenir où les nations autochtones seront à même de déterminer le développement dans leurs territoires traditionnels, y compris en mettant un terme à l’expansion des sables bitumineux, ce qui protégera l’un des puits de carbone les plus importants du monde.

Cette affaire changera la donne dans les sables bitumineux de l’Alberta et sera une aubaine pour le climat et l’eau saine. Les Cris de Beaver Lake ont parcouru beaucoup de chemin et ne reculeront pas.Veuillez faire un don déductible d’impôt maintenant pour voir votre impact doubler.

Faites un don.https://fundraise.raventrust.com/give/152448/#!/donation/checkout

 

  • Artwork by Evan Cardinal, Beaver Lake Cree Nation, and Lianne Charlie, Na-cho Nyak Dun and Beadwork by Violet Cardinal, Beaver Lake Cree Nation Photography by Ian Jackson and Serena Anderson, Beaver Lake Cree Nation Vidoegraphy by Avi Lewis
  • #509-620 View St. Victoria BC V8W 1J6 250.383.2331